Un Old Firm décisif pour le titre de champion

Le titre de Premier League écossaise devrait en savoir un peu plus sur sa destination samedi lorsque le Rangers FC accueille le Celtic FC pour le deuxième derby du Old Firm cette saison.

Série de victoires

Les hommes de Walter Smith comptent trois points d’avance et un match en moins sur le Celtic. Une victoire à Ibrox permettrait aux quarts de finalistes de la Coupe UEFA d’être tout près de décrocher le titre de champion d’Ecosse pour la première fois en trois ans. Depuis son retour à Ibrox pour un deuxième passage, Smith a remporté les trois derniers derbies du Old Firm, notamment un succès 3-0 en octobre dernier. Son homologue du club catholique Gordon Strachan sait que ses troupes ne peuvent pas se permettre de perdre une telle rencontre si elles veulent conserver leur titre.

Celtic et son devoir

« Je ne voudrais pas perdre le match », affirmait Strachan sur uefa.com. « Si nous perdions, cela serait extrêmement difficile de remporter le titre donc nous allons essayer de gagner. Aucune de mes équipes ne s’est jamais contenté d’un nul. Nous sommes un peu comme Manchester United. Nous avons l’obligation envers nos supporteurs d’attaquer et de jouer du beau football. C’est ce que nous allons essayer de faire ».

Quatre trophées sinon rien

Les locaux pourront de nouveau compter sur Barry Ferguson, Lee McCulloch, Christian Dailly et le gardien Allan McGregor, qui ont raté le match amical de l’Ecosse contre la Croatie mercredi à cause de blessures. Victorieux lors des 12 dernières journées (leur meilleure série depuis 1972/73 où ils avaient remporté 16 victoires de suite sous l’égide de Jock Wallace) et battus une seule fois cette saison, les Rangers peuvent encore réaliser le triplé à domicile (championnat et les deux coupes) et accrocher la Coupe UEFA.

« Nous ne sommes pas favoris »

Malgré leur réussite sur tous les fronts, le manager des Rangers, Smith, essaie de mettre la pression sur ses rivaux. « Le Celtic est l’équipe de prestige qui a remporté le titre ces deux dernières saisons », explique-t-il. « Nous ne sommes pas favoris. Ils ont plus conscience de notre talent cette saison que les deux dernières mais le Celtic est fier et déterminé à se battre jusqu’au bout. Je sais que nous devrons montrer la même détermination, nos forces et notre envie ».

Petit rappel historique

Depuis la nuit des temps, l’affrontement entre les deux plus grands clubs écossais est l’affiche de la saison. Old Firm plutôt que derby ? Ce match tient son surnom (old firm veut dire « vieille entente ») de plusieurs origines. L’une d’elles explique que les Glasgow Rangers ont prêté un gardien au Celtic qui en manquait, avant une finale de Scottish Cup face à Hibernian au début du siècle dernier. Mais quel que soit le nom qu’on lui donne, ce match dépasse le cadre du football. Il en ressort un duel entre les Protestants représentés par les Glasgow Rangers et les Catholiques représentés par le Celtic Glasgow. Même si désormais cette raison semble dépassée du fait que de nombreux joueurs de toutes religions jouent dans les deux clubs, cette rivalité a longtemps empoisonner l’atmosphère de ces matchs.

L’ancien joueur Mo Johnston est un bon exemple de cette rivalité exacerbée. Cet ex-joueur du FC Nantes, catholique et ancien du Celtic, décide à son retour en Écosse de signer chez les Rangers et devient le premier joueur catholique à endosser le maillot bleu des Gers. Les supporters des deux clubs réagiront très mal à cette « trahison » de leurs valeurs. C’est donc bien la division religieuse de la ville de Glasgow qui reste reproduite à travers cette rivalité entre les deux géants du football local. À une époque pas si lointaine, l’affrontement entre les deux clubs transportait sur le terrain l’opposition entre l’IRA (Armée Républicaine irlandaise) et l’UAD (Association de défense de l’Ulster). Les jours de match des chants entonnés à la gloire des Protestants ou des Catholiques « fleurissent » dans les tribunes.

À plusieurs reprises, pourtant, les dirigeants ont appelé leurs supporters à arrêter ces chants pendant les matchs. Mais l’attitude des deux clubs reste ambiguë afin de ne pas froisser leurs propres supporters et par ricochet le business respectif des deux clubs. Si au niveau du football, et des joueurs qui composent les deux équipes, la rivalité se fait moindre, la faute en est à l’arrivée massive de joueurs étrangers, et de toutes religions au sein des deux clubs. Pour le match de samedi, l’ambiance sera une fois de plus électrique à l’Ibrox Park. Et la seule chose qu’il faut retenir avant ce nouveau derby entre les deux clubs, c’est qu’en cas de victoire de l’équipe de Gordon Strachan, le championnat écossais serait totalement relancé. De quoi rendre encore plus chaud ce match entre Celtic et Rangers samedi juste après l’heure du repas.