Un français en Ecosse

ecosse

Champion d’Europe en juniors avec Nasri ou Benzema, Steven Thicot était chômeur il y a quelques semaines. Mais l’ancien Nantais a su rebondir grâce à l’UNFP et s’est engagé pour trois ans à Hibernian.

Steven Thicot, quand vous avez quitté le stage de l’UNFP pour signer un contrat de trois ans à Hibernian en Ecosse, était-ce la fin du stress ?

Honnêtement, je n’étais pas stressé. Je savais qu’en travaillant, avec les moyens mis à notre disposition par l’UNFP, nous n’étions pas forcément sûrs de retrouver quelque chose. Mais ça pouvait être le cas. Le stress, il n’y en avait pas plus que cela. Je souhaitais signer dans un club, certes, mais « stress » n’est pas le mot que j’emploierais.

Vous étiez en fin de contrat. Attendiez-vous la bonne opportunité ?

J’avais intégré l’UNFP car faire son programme tout seul, ça va un moment. Mais après, j’avais besoin de retrouver de bonnes bases de travail comme en club, avec un entraînement une ou deux fois par jour. J’ai appris en effectuant ce stage qu’ils font tout pour nous mettre dans les meilleures dispositions possibles.

Vous avez été mis à l’essai par Hibernian. Avez-vous sauté sur l’occasion ?

J’ai eu un coup de téléphone mais j’ai préféré aller voir de mes yeux pour pouvoir donner une réponse. Je connaissais le club mais pas de l’intérieur. Alors je suis venu voir.

Et dès votre arrivée, vous avez affronté Barcelone et toutes ses stars en amical…

Ça m’a permis de retrouver certains joueurs contre lesquels j’avais joué en sélection de jeunes comme Gerard Piqué. J’ai aussi pu revoir Thierry Henry que je côtoyais à Claire fontaine quand il venait en équipe de France. Sur tous les paramètres, ça s’est révélé enrichissant. Le Barça est l’une des meilleures équipes du monde et je n’oublierai pas. Maintenant, c’est bien mais ce n’est pas une fin en soit. Même si au niveau de l’ambiance et de l’opposition, ça restera une expérience unique.

« Ici, ça chante tout le temps »
Vous avez confirmé dans ce match l’intérêt d’Hibernian qui vous a fait signer trois ans. Est-ce une sécurité pour l’avenir ?

Hibernian est un bon club, avec des outils pour travailler assez extraordinaires. Pour avoir fait deux clubs en France, je n’avais jamais vu ça. Il y a tout pour faire une grosse saison avec mes coéquipiers en essayant de se classer le mieux possible en championnat.

Vous allez vivre des grands matchs avec les rencontres face au Celtic, aux Rangers ou même Aberdeen. Ça va vous changer…

C’est vrai. Là, rien que face au Barça, voir autant de monde dans ce stade était impressionnant. Ils m’ont dit que contre le Celtic et les Rangers, ça sera fort. J’ai déjà vécu des matchs avec beaucoup de personnes dans les sélections de jeunes. Mais ici, ça chante tout le temps et ça va être impressionnant au niveau de l’ambiance.

Vous avez été champion d’Europe en jeunes avec Nasri ou Benzema. Comment expliquez-vous votre parcours plus difficile à Nantes ou Sedan pour finir en fin de contrat…

Honnêtement, c’est du passé. Je n’ai plus envie d’en parler. Peut-être qu’un jour, quand je serai un peu mieux au niveau du football, je prendrai le temps de m’exprimer sur pourquoi il s’est passé tant de choses pour moi ces dernières années…