Rangers et Celtic : L’histoire d’une rivalité peu commune

Les matchs, qui opposent les Rangers au Celtic Glasgow, sont plus que des matchd de football entre deux équipes rivales. Le « Old Firm » comme on l’appel au pays du Loch Ness est devenu un fait de société. Et celà dure depuis près de 100 ans.

Le Old Firm game

L’origine du surnom donné au derby entre les Rangers et le Celtic trouve son origine au début du 20ème siècle. L’un des deux clubs prêta un jour un gardien de but à l’autre pour pouvoir disputer un match de coupe face à Hibernian le club d’Edimbourg. Un journaliste local, outré par le procédé déclara que ces deux clubs formaient une « Old Firm » (vielle combine). Il n’en fallait pas plus pour que le nom reste, même si dans les faits, les deux clubs perdront rapidement cette complicité.

Premiere rencontre, le Celtic gagne

La première rencontre entre les deux équipes date de . A l’époque le Celtic bat les Rangers 5 buts à 2. Sous la houlette de Willy Maley premier président du club, le Celtic fait sa mue et se professionnalise. Alors que le Celtic recrute des joueurs écossais de toute les provinces et sans distinction de religion, les Rangers quand a eux n’ouvrent leurs rangs qu’aux joueurs et dirigeants de conviction protestante.

Le reflet de la société écossaise

Les premiers incidents au cours d’un derby entre le Celtic et les Rangers apparaissent en 1909 lors d’une rencontre à Hampden. La violence des faits n’est toutefois pas assimilé à un affrontement entre supporters rivaux à l’époque. L’âme irlandais du Celtic commence d’ailleurs, en plus de ses victoires, a exaspéré la communauté protestante de la ville. Ceux-ci vont alors se retouver derrière les Rangers. D’un côté le Celtic et ses supporters qui soutiennent leur île natale (l’Irlande) et de l’autre les supporters des Rangers attaché à l’Empire et qui refuse la demande d’indépendance des Irlandais. C’est pour cette raison qu’au fil des années, les tribunes de d’Ibrox Park le stade des Rangers deviennent hostiles au Celtic Glasgow et à ses joueurs.

Menace d’exclusion

Cette volonté des supporters du Celtic d’afficher leur préférence à l’Irlande va amener à la fédération écossaise a menacé d’exclure le Celtic du championnat s’il continuait de laisser flotter le drapeau irlandais à Celtic Park. Le Celtic a toujours eu une équipe mixte composée de Protestants et de Catholiques. Et parmi ses joueurs les plus en vue , nombreux étaient protestants (Kenny Dalglish, Ronnie Simpson et Danny Mc Grain).

Jock Stein offre l’Europe au Celtic

Dans les années 60, l’arrivée de Jock Stein comme manager ne se fait pas dans la facilité. Le président de l’époque Bob Kelly doit convaincre le comité directeur du club d’engager le manager-protestant. Mais le club alors en mauvaise passe a besoin d’un souffle nouveau. L’arrivée de Jock Stein redonne des couleurs à l’équipe qui décrochera deux années plus tard l’ancienne Champions League. Le Celtic restera à jamais le premier club britannique vainqueur d’une coupe d’Europe. Mais malgré la conquête de plusieurs titres de champion et quelques Cup, Jock Stein n’intégrera jamais le Comité directeur du club. Certains disent que c’est en raison de sa religion.

Premier joueur de couleur chez les Rangers

En janvier 88, Graeme Souness l’ancienne gloire de Liverpool devenue manager des Rangers recrute Mark Walters. C’est le premier joueur noir de l’histoire du club. Cette arrivée déchaîne la colère des supporters du club qui brulent écharpes et carte d’abonnements. Le manager renouvelera la provocation en engageant Mo Johnston, un Catholique, qui après un passage à Nantes souhaitait retourné au Celtic. Mais le manager écossais avait fait des propositions supérieures à celles de son rival. Johnston en proie avec des difficultés financières et poursuivi par le fisc écossais, ne pouvait laisser passer l’occasion de « se refaire ». Le joueur prendra le surnom de « Judas » de la part de ses anciens supporters. Lors du derby qui suit la signature du joueur chez les Rangers, Mo Johnston subira les foudres du public du Celtic aussi violemment que l’on en parle encore du côté de Parkhead.

L’arrêt Bosman change tout

Depuis le fameux arrêt de la Cour Europénne, le football a changé dans ses mentalités. Les joueurs sont devenus des mercenaires et l’on trouve par exemple des équipes anglaises (Chelsea et Arsenal par exemple) qui sont capables d’aligner des équipes au cours d’un match qui ne comportent aucun « nationaux ». A Glasgow on ne déroge pas à la règle, et de plus en plus les Rangers vont recruter des catholiques et des étrangers.

Gascoigne provoque les supporters des Celtics

Si la tension s’appaise entre les suppporters des deux équipes, et que la rivalité devient essentiellement sportive, un joueur, anglais de surcroît va faire remonter les vielles querelles locales à la surface. Paul Gascoigne l’enfant terrible de la Premier League qui jouera quelques années chez les Rangers, provoque à l’occasion d’un derby en 1997, les supporters d’en face en mimant un joueur de flûte, symbole des fanfares orangistes.

Les deux clubs trustent les titres

A eux seuls les deux clubs se partagent la majorité des titres de champion d’Ecosse. Sur les 104 titres disputés depuis 1893, 88 ont été raflés par les deux clubs de Glasgow. 39 pour le Celtic, 49 pour les Rangers. De temps en temps des clubs comme Aberdeen ou Dundee Utd rafle un titre mais c’est just éphémère.

Des matches de légendes

A l’image d’autres derbys dans les autres pays, le Old Firm n’est jamais un match comme les autres. Le derby entre les deux clubs de Glasgow a souvent donné lieu à des faits innatendus ou exceptionnels. En 1969, alors que le Celtic est l’un des meilleurs clubs d’Europe, les Rangers s’impose chez leur voisin 4 buts à 2. En 1993, alors que le Celtic vient de prendre une correction en Coupe, les joueurs au maillot vert et blanc atomise les Rangers 3-0. Quelques soit les circonstances, le derby est toujours disputé à un rythme soutenu et engagé. Et même dans les cas où il s’avère décisif pour l’attribution du titre, la fédération écossaise n’hésite pas a décaler le match.

Mais de ce derby il reste des dates importantes pour chacun des deux clubs. En 1957, en finale de la Scottish Cup à Hampden Park, le Celtic s’impose 7 buts à 1 face aux Rangers !!!!. En 2000, le derby qui fut appelé après le résultat « demolition Derby », se termina sur un score historique pour ce match en championnat de 6 buts à 2 pour le Celtic. Le plus gros score d’un Old Firm en championnat depuis 1938 !

Une ambiance de folie

L’ambiance dans les tribunes au cours de ces match, ferait pâlir les plus fervents habitués du Stade Vélodrome de Marseille. L’ambiance particulière qui en sort donne parfois lieu à des rebondissements exceptionnels. Au début des années 80, les Rangers mènent chez eux 2 buts à 0 à la mi-temps. Le manager du Celtic de l’époque Billy McNeill qui entend les supporters entonner le « You’ll never walk alone » célèbre dans les travées d’Anfield à Liverpool, interpelle ses joueurs : « Ecoutez les, eux ils y croient toujours, ils n’ont pas renoncé. Alors si ce n’est pour vous, gagnez au moins ce match pour eux ». En seconde période les joueurs du Celtic Glasgow se transcendent pour remporter la victoire 4 buts à 2.

Le Celtic et les Rangers en Premier League anglaise ?

La domination des deux clubs de Glasgow est telle que souvent se pose la question de leur intégration en Premier League anglaise. Alors que dans un premier temps, seul le Celtic encouragé par ses actionnaires irlandais semblait prêt à tenter l’aventure, les Rangers par la voie de leur manager actuel Alex McLeish semblent prêt à se ranger à l’avis de leur rival historique. Les télés très généreuses, et les sponsors très intéressés poussent en ce sens. Mais que deviendrait le championnat écossais sans ses deux grands clubs, lui qui souffre déjà d’une sous-médiatisation en Europe ? La question reste posée et ouverte. Alors à quand un club écossais champion d’Angleterre. Sûrement pas pour demain en tout cas !