Quand le foot devient affaire d’État

La multiplication des menaces de mort à l’encontre du manager du Celtic Glasgow Neil Lennon est devenue un problème public en Écosse. La police a ouvert une enquête afin d’arrêter les auteurs.

On le sait, le football écossais vit actuellement sur le plan sportif des heures plutôt sombres. Et ce n’est pas cette nouvelle affaire qui risque de lui redonner un peu de sa superbe. En effet, les médias britanniques révèlent ce mercredi que l’entraîneur du Celtic Glasgow Neil Lennon, au même titre que la politicienne Trish Godman et l’avocat Paul McBride, aurait été la cible d’un colis piégé intercepté par le service de poste local, le Royal Mail. Cet épisode marque incontestablement le passage de la sphère stricto sensu footballistique – Lennon est actuellement sous les feux de l’actualité avec la Fédération écossaise et l’ennemi juré des Rangers, dans des débats qui traitent notamment des décisions d’arbitrage – à celle des faits divers et à l’affaire d’État dans la mesure où même le Premier Ministre Alex Salmond s’est exprimé sur le sujet en annonçant l’ouverture d’une enquête d’envergure : « Il est maintenant temps de se souvenir de valeurs auxquelles nous tenons dans notre société et s’unir pour condamner ceux qui se servent du football pour faire du mal ». Pour l’heure, aucune information n’a filtrée sur l’éventuelle origine de ces menaces, même si la rivalité exacerbée qui existe entre les deux grands clubs de la capitale écossaise (fondée sur l’opposition catholique/protestant) circule dans tous les esprits.

Une escalade qui effraie

L’annonce de la découverte de ces colis a entraîné subitement une prise de conscience de l’opinion. Selon le Herald Scotland, le pire a été évité car les analyses ont montré que ces bombes étaient suffisamment dangereuses pour tuer. Cet épisode apparaît en tout cas comme le paroxysme d’un climat nauséabond qui entoure depuis quelques semaines Neil Lennon. Ce dernier a ainsi reçu des menaces de mort, des mails d’insultes ainsi que des courriers comprenant des balles de fusil. En ce qui concerne les deux autres personnes visées, Trish Godman, membre du Labour Party, n’a jamais caché son soutien pour les « Bhoys » tandis que Paul MacBride, lui aussi inconditionnel du club, s’en était pris la semaine dernière à la Fédération en raison de son indulgence à l’égard d’Ally MacCoist, adjoint de Walter Smith aux Rangers. Bref, ces récents évènements sont pris très au sérieux par le camp du Celtic comme en témoignent les propos de l’ancien président Michael Kelly sur la BBC : « Ce qui se passe maintenant, c’est purement et simplement du terrorisme. Cela n’a rien a voir avec le football et l’histoire des Old Firm (NDLR : surnom des derbys opposant les deux ennemis héréditaires). C’est désormais à la police de se focaliser sur ces gens et de les attraper ».

Quelles conséquences sur le terrain ?

Il va sans dire que cette dérive ne contribuera pas à apaiser l’atmosphère autour des deux géants écossais. Alex Salmond avait organisé courant mars une réunion entre tous les acteurs pour essayer justement de calmer les esprits, y compris sur la pelouse. Un accord avait même été trouvé au sujet d’une autorisation délivrée aux policiers afin de rappeler aux joueurs qu’ils encouraient une arrestation en cas de mauvaise conduite. Las, tous ces efforts vont peut-être s’avérer inutiles. Neil Lennon n’est probablement pas dans les meilleures conditions psychologiques et matérielles (lui, sa femme et ses enfants ont quitté leur domicile et vivent sous surveillance vingt-quatre heures sur vingt-quatre) pour exercer son métier. Les réactions des joueurs et a fortiori des supporters sont imprévisibles. Inquiétudes redoublées à l’approche de la dernière confrontation entre le Celtic et les Rangers qui aura lieu dimanche et dont l’enjeu est pourtant incroyablement élevé. Le second est en tête du classement, avec certes quatre points d’avance sur son concurrent direct pour le titre mais celui-ci a deux rencontres de retard (à Kilmarnock mercredi, et à Inverness début mai) qui pourraient lui permettre de repasser devant le cas échéant. Voilà donc un derby qui s’annonce explosif, à plus d’un titre.