Ne pas s’arrêter là

Le rêve de l’Écosse de participer à l’Euro 2008 a pris fin samedi dans un dramatique match face à l’Italie, venue s’imposer 2 buts à 1 à Hampden Park. Pourtant tout ne fait que commencer pour la sélection d’Alex McLeish.

Mission impossible disait-on avant le début des éliminatoires. La défaite face aux Italiens est venue briser un rêve pour l’Écosse. Une élimination cruelle au regard de l’excellent parcours des Écossais dans ces éliminatoires à l’Euro 2008. Malgré la déception, il reste un véritable espoir et le football écossais peut se montrer optimiste pour l’avenir. Ce qu’ont fait les Écossais pendant cette campagne, doit rester comme un succès sur lequel désormais il faut s’appuyer. Il faut se rappeler qu’avant le début de la compétition, tout le monde s’interrogeait sur le potentiel de cette équipe et voulait savoir quand l’équipe dirigée alors par Walter Smith remporterait enfin sa première victoire. Désormais chacun sait que l’Écosse est redevenue une nation qui compte au niveau international, et c’est là toute la réussite de Smith et de son successeur Alex McLeish.

Les temps changent. Sans perdre son célèbre fighting-spirit, la sélection écossaise a modifié sa conception du football et sait désormais s’adapter à tous ses adversaires. Samedi dernier face à l’Italie, les Écossais ont montré qu’ils savaient jouer au football. Un football posé et construit comme en témoigne les nombreuses occasions qu’ils se sont créées en seconde période à la suite d’attaques placées. Les joueurs d’Alex McLeish ont prouvé qu’ils possédaient une rapidité et une aisance technique digne des meilleures formations continentales. Le traditionnel « kick’n’rush » oublié, c’est une Écosse joueuse qui aurait pu faire plier les Italiens. Au regard du match, le résultat aurait pu être tout autre sans que l’on crie au hold-up. Loin de là.

C’est donc sur ces bases que l’Écosse doit continuer sa progression. Cette élimination ne doit pas freiner un processus en marche, et le sélectionneur ainsi que ses joueurs doivent s’appuyer sur ce qui a été fait pour repartir l’année prochaine en campagne de qualification à la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. D’autant que lors du tirage au sort qui se déroulera la semaine prochaine, l’Écosse ne peut pas obtenir un groupe aussi dur que celui par lequel elle est passée pour l’Euro 2008. L’avenir appartient à cette équipe et cette génération de jeunes joueurs en train d’éclore. D’autant que l’Écosse possède en Alex McLeish un sélectionneur de talent, capable de tirer le meilleur de ses joueurs. La sélection doit désormais surfer sur cette bonne vague et se donner comme objectif de jouer en Afrique du Sud en 2010. Sur ce qu’elle a montré ces derniers mois, la mission n’est plus impossible et elle en a les moyens.