Le Zenit au firmament européen

Le FC Zenit St. Petersburg s’est adjugé son premier titre européen en s’imposant sur le Rangers FC, 2-0, à Manchester. Les hommes de Dick Advocaat deviennent la deuxième formation russe à remporter la Coupe UEFA après le sacre du PFC CSKA Moskva en 2005.

Tableau de chasse impressionnant

Les dizaines de milliers de supporteurs écossais débarqués à Manchester n’auront pas suffi à enrayer la belle mécanique russe qui accroche un ultime club de renom à son rutilant tableau de chasse après le Villarreal CF, l’Olympique de Marseille, le Bayer 04 Leverkusen et le FC Bayern München. Au terme d’une rencontre qu’il aura finalement bien maîtrisé, le Zenit a vu sa délivrance surgir du plat du pied droit d’Igor Denisov avant que Konstantin Zyrianov complète le score dans le temps additionnel.

Le Zénith malgré le public

Le début de rencontre était presque intégralement russe. Plus rapide, plus technique, le Zenit prenait parfaitement la mesure de son adversaire et menait une charge incessante sur le but de Neil Alexander. Au terme d’un beau mouvement, Andrei Arshavin, décalé sur la gauche, trouvait le petit filet écossais (4e) avant que Radek Šírl n’adresse un beau coup franc avec rebond (12e). Le petit Victor Fayzulin se mêlait même à la lutte en haute altitude mais sa tête fuyait le cadre (17e). Soutenus par un stade quasiment acquis à leur cause, les Rangers peinaient quelque peu à trouver le bon rythme et, à défaut, faisaient le dos rond.

Les Rangers au diesel

Possession largement positive, récupération haute et attaquant virevoltants, le Zénith semblait totalement maîtriser son, sujet si bien que Glasgow ne s’offrait sa première occasion, si l’on peut dire, qu’à la 37e minute lorsque Steven Whittaker reprenait maladroitement de la tête un centre au cordeau venu de la droite.

Glasgow regonflé

Malgré cette domination territoriale et statistique, les Russes pouvaient regretter l’absence de leur attaquant Pavel Pogrebnyak, suspendu et meilleur buteur de la compétition avec 10 réalisations, parfait point d’ancrage dans les phases offensives. D’autant que les Ecossais revenaient sur le pré après la pause avec de toutes nouvelles intentions. Plus entreprenants, ils étaient même tout près d’ouvrir le score lorsque Jean-Claude Darcheville puis Barry Ferguson obligeaient Vyacheslav Malafeev à intervenir (54e). C’était manifestement une autre rencontre, plus équilibrée, qui débutait.

Denisov, héros russe

A l’heure de jeu, Arshavin bénéficiait d’une immense opportunité. Tout en vivacité, le prodige russe surgissait dans le dos de la défense, éliminait le gardien de but, engageait un dribble un peu long sur la gauche puis adressait une frappe enroulée vers le but vide, repoussée par un défenseur des Rangers (64e). Arshavin se rattrapait de la plus belle des manières peu après en lançant parfaitement Igor Denisov d’une passe à ras de terre plein centre. Le Russe ne tremblait pas et ajustait Alexander du plat du pied droit (1-0, 72e). Comme un symbole, les supporteurs russes prenaient le dessus, conscients qu’ils vivaient là une nuit en or. Les minutes qui les séparaient du coup de sifflet final semblaient une éternité. Celle-là même que le Zenit a atteint ce soir à Manchester en se dressant sur le toit de l’Europe. Le but dans les arrêts de jeu de Zyrianov était la cerise sur un beau gâteau continental (2-0, 94e).