La police écossaise à bout de nerfs

La police écossaise n’arrive plus à gérer le derby entre le Celtic et les Rangers.

Hier, en 8ème de finale de Coupe d’Ecosse, c’est le Celtic qui l’a emporté (1-0). De violents affrontements ont eu lieu en ville et la police a annoncé l’arrestation de 34 personnes. Lors du derby du 20 février dernier, 229 personnes avaient été appréhendées dans toute la région. Le directeur de la police écossaise, Les Gray, a déclaré au Dailymail que la police n’avait tout simplement pas assez de budget ni d’effectifs pour faire face aux violences qu’engendre le Old Firm. Le violent accrochage hier soir entre l’assistant des Rangers Ally McCoist et le manager du Celtic Neil Lemmon est selon lui « injustifiable ». Les supporters des deux camps n’avaient jamais eu besoin d’autant pour se foutre sur la gueule…

Le secrétaire de la justice Kenny MacAskill évoque lui un problème de société : « la question est beaucoup plus large que le foot. Il s’agit d’une culture de la violence alimentée par l’alcool ». Il va falloir trouver une solution rapidement pour ne pas voir le Old Firm se jouer à huis clos.

Enquête sur les incidents du derby

La Fédération écossaise a condamné jeudi les incidents survenus lors du quart de finale de Coupe d’Écosse entre le Celtic et les Rangers, mercredi (1-0), et annoncé l’ouverture d’une enquête. La rencontre s’est soldée par 13 cartons jaunes et 3 rouges, les Rangers terminant le match à neuf. Les bancs des deux clubs en sont même venus aux mains et 34 supporters ont été interpellés pour violences. « Je suis à la fois attristé et embarrassé d’avoir vu de telles scènes lors de ce match qui aurait dû être l’affiche du football écossais », a regretté Stewart Regan, le directeur de la Fédération qui menace de faire disputer les prochains derbys à huis clos.