L’Angleterre, 52 ans après ?

L’Angleterre, par la voix du président de la Fédération Geoff Thompson, s’est officiellement déclarée candidate à l’organisation de la Coupe du Monde 2018.

Le bal des prétendants à l’organisation de la Coupe du Monde 2018 a débuté. Le fait déclencheur a été l’officialisation par la FIFA cette semaine d’abandonner le principe de rotation des continents pour l’organisation de la plus grande compétition sportive au monde après les Jeux Olympiques. L’Angleterre, comme d’autres pays l’envisagent, s’est donc engouffrée très vite dans la brèche, soutenue en cela par le président de la FIFA, Sepp Blatter. Ce dernier est un supporter déclaré d’une candidature anglaise : « Nous serions ravis que la Fédération de football anglais propose sa candidature en tant que terre natale du football. Parce qu’ils ont tant donné au football et que la dernière Coupe du Monde à avoir été organisée en Angleterre remonte en 1966 », a déclaré le 24 octobre dernier le président de la FIFA à l’occasion du 150eme anniversaire du FC Sheffield.

Une semaine plus tard, l’Angleterre se déclare donc officiellement candidate par la voix du président de la Fédération (FA) : « Je suis très heureux d’annoncer notre intention de candidature pour organiser la Coupe du Monde en 2018 », a déclaré ce mercredi Geoff Thompson. Le début d’un long processus est donc lancé pour un pays qui doit également organiser les Jeux Olympiques de 2012. Mais le football anglais a le soutien du gouvernement britannique et de son premier ministre Gordon Brown : « L’énorme soutien du Premier Ministre Gordon Brown et de son gouvernement a été un facteur déterminant dans la décision d’aujourd’hui », ajoute ainsi Thompson à la BBC. Au sein de la communauté politique locale, on a bon espoir d’être retenu pour organiser la compétition de 2018 : « C’est un concours difficile mais comme pour la candidature olympique pour 2012, je suis sûr que nous pouvons gagner », déclare de son côté le ministre des Sports Gerry Sutcliffe.

Reste désormais à mettre en place le processus de candidature et, notamment sur le plan financier, évaluer les possibilités d’organiser la Coupe du Monde 2018. Sur ce plan, le football anglais n’est pas des plus malheureux avec la pluie de Livres Sterling qui s’abat sur la Premier League. La Fédération compte également sur l’augmentation des droits TV pour la FA Cup et l’équipe nationale qui seront remis sur le marché prochainement pour la période de 2008 à 2012. La Fédération table ainsi sur un revenu de 217 M€ quand lors du dernier appel d’offres, elle n’avait récolté que 60 M€. Autre motif de confiance : les infrastructures existantes et qui seront augmentées avec l’organisation des JO 2012. Le pays compte également de nombreux stades modernes et récents comme Wembley ou l’Emirates Stadium pour ne citer qu’eux. Reste désormais à obtenir l’aval des autres pays européens. Ces derniers avaient préféré l’Allemagne en 2006. Mais l’Angleterre est confiante. Et le pays créateur du football mérite que sa compétition majeure revienne sur ses terres. Un demi-siècle après l’édition de 1966.