Commons envoie le Celtic en huitièmes

Un penalty de Kris Commons en fin de partie offre la seconde place qualificative aux Écossais.

Un but d’avance aura suffi au Celtic FC pour participer à un premier huitième de finale d’UEFA Champions League en cinq saisons. Il bat le FC Spartak Moskva 2-1.

Les champions écossais devaient faire mieux que leurs rivaux du SL Benfica, à égalité de points au coup d’envoi. Ce fut chose faite, grâce à Gary Hooper à la 21e et Kris Commons à moins de dix minutes du terme, sur penalty. Ari avait égalisé pour les Russes avant la pause.

Malgré des visiteurs inspirés en début de rencontre, en témoignait ce une-deux entre Kim Källström et Artem Dzyuba à la limite de la surface qui finissait bien enroulé mais à côté des poteaux de Fraser Forster, les locaux frappaient les premiers. Après une interception ratée de Juan Insaurralde sur une passe en profondeur de Giorgos Samaras, le cuir terminait dans la course de Hooper, qui battait Sergei Pesyakov d’une frappe placée (21e).

Le Spartak répondait dans les vingt minutes. Emmanuel Emenike passait trois défenseurs en force avant de glisser à Ari, bien excentré mais suffisamment habile pour piquer au-dessus de Forster, sorti de sa ligne.

A dix minutes du coup de sifflet final, les Hoops parvenaient finalement à faire mieux que les Aigles de Benfica, tenus en échec 0-0 sur la pelouse du Camp Nou. Samaras se faisait irrrégulièrement fauché dans la surface et Kim Commons libérait les siens depuis le point de penalty.

Le Spartak perdait ses nerfs et Kim Källström sur carton rouge pour une faute sur Commons en toute fin de rencontre. Le Celtic tenait bon et décrochait son billet pour les huitièmes de finale.

Quelques réactions en zone mixte après la victoire 2-1 du Celtic FC face au FC Spartak Moskva.

Scott Brown, milieu de terrain du Celtic

C’est génial, un truc incroyable réalisé par l’équipe. On a été exceptionnels à domicile. On a bien travaillé défensivement. On s’est créé de nombreuses occasions et la deuxième mi-temps a été bien meilleure. On savait que ce serait difficile mais on a tout donné. Maintenant on est en 8es de finale et c’est tout ce qui compte. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas aller plus loin dans cette compétition. On progresse à tous les matches.

Fraser Forster, Celtic goalkeeper

Je suis ravi. On a bien travaillé collectivement et on fait un résultat fantastique ce soir. Le club peut être fier. Je pense qu’on a dépassé toutes les attentes. Le manager est vraiment satisfait de la manière dont cette équipe s’est développée. Nous sommes heureux d’être en 8es de finale. Je pense qu’on acceptera de jouer contre n’importe qui. Je pense qu’on a nos chances contre n’importe quelle équipe.

Kim Källström, milieu de terrain du Spartak

On n’a pas trop mal joué, en se créant quelques belles occasions. On a essayé de trouver un meilleur équilibre dans l’équipe après nos derniers résultats. Sur le premier but, on joue vraiment de malchance. On a tout donné même si le résultat ne le traduit pas, ce qui n’est jamais bon pour la confiance. Il va falloir tirer les leçons de nos erreurs. C’était une expérience fabuleuse pour nous, sauf le résultat.