Finale UEFA : Zénith Saint-Petersbourg – Glasgow Rangers

C’est devenu une habitude : la finale de la Coupe de l’UEFA oppose deux clubs que personne n’attendait là : les Glasgow Rangers, qui ne devraient pas être dépaysés à Manchester, et le Zénith Saint-Petersbourg, tombeur de l’archi-favori, le Bayern Munich. Pour l’un comme pour l’autre, ce peut être historique.

Le Zenith après le CSKA ?

Avec Manchester United et Chelsea en finale de la Ligue des champions et les Glasgow Rangers en finale de la Coupe de l’UEFA, à Manchester, dans l’enceinte de City, la fin de saison européenne récompense assurément le football britannique. Mais il aura un petit accent russe. L’oligarque et patron de Chelsea Roman Abramovitch sera le roi au stade Loujniki de Moscou le 21 mai, alors que le Zénith Saint-Petersbourg s’est invité au banquet de la Coupe de l’UEFA, pour la première finale européenne de son histoire. Les tombeurs de l’OM en huitièmes de finale (1-3, 2-0) seront confrontés aux Glasgow Rangers de Jean-Claude Darcheville et Daniel Cousin. Le Zénith deviendra peut-être la deuxième formation russe en trois ans à conquérir le Graal de la C3, après le triomphe du CSKA Moscou en 2005. Totalement inattendu, le champion de Russie va aborder cette rencontre comme la plus importante de la saison. « Puisqu’on a réussi à arriver jusqu’ici, il faut qu’on gagne la finale, annonce l’entraîneur Dick Advocaat. Pour moi, il est important de gagner. Rien d’autre ne compte. »

Les équipes probables

– ZENITH : Malafeev – Sirl (ou Ricksen), Krizanac, Shirokov, Anyukov (ou Fayzulin) – Tymoshchuk, Denisov (ou Gorshkov), Zyryanov, Dominguez (ou Radimov) – Arshavin, Tekke.

– GLASGOW RANGERS : Alexander – Broadfoot, Cuellar, Weir, Papac – Davis, Hemdani, Ferguson, Thomson, Whittaker – Darcheville.

Incroyable destin que celui de ce Zénith Saint-Petersbourg, arrivé sur la dernière marche d’une compétition qui pensait plutôt couronner une équipe comme le Bayern Munich, l’archi-favori. Mais c’était avant que l’ouragan russe ne fasse voler en éclats les certitudes bavaroises, notamment lors d’une demi-finale retour extrêmement bien maîtrisée (4-0). Les hommes de Dick Advocaat n’en étaient pas à leur coup d’essai : ils venaient de renverser Villarreal (1-2, 0-1), deuxième de la Liga, Marseille en huitièmes de finale puis les Allemands du Bayer Leverkusen (0-1, 4-1). Un parcours époustouflant symbolisé par un jeu rapide parfaitement orchestré par le milieu de terrain Andreï Arshavin et l’entraîneur Dick Advocaat, vieux routard aux idées aussi longues que son CV. « J’ai dit à mes joueurs qu’ils devaient jouer comme ils l’ont fait contre les deux clubs allemands. J’espère que nous saurons réitérer ce genre de performances. » L’exploit est en marche mais Advocaat devra composer une équipe sans son buteur vedette Pavel Pogrebnyak, meilleur buteur de la compétition (10 buts) à égalité avec Luca Toni.

Rangers : trente-six ans sans titre européen

Parachuté de la Ligue des champions et du groupe de Lyon, les Glasgow Rangers ont eux aussi l’occasion d’accomplir une saison de rêve. Le club écossais est en course pour un quadruplé. Il a déjà récolté la Coupe de la Ligue écossaise (2-2, 3-2 t.a.b. contre Dundee United), a son destin en main pour le titre et jouera le 24 mai la finale de la Coupe d’Ecosse contre Queen of the South, club de D2… Ça sent bon le carton plein. Pour y parvenir, sa défense est son meilleur atout. Elle n’a concédé que deux buts en huit matches européens. Et contrairement au Zénith, l’équipe de Walter Smith est peu prolifique avec seulement cinq buts inscrits face à de sérieux prétendants comme le Panathinaïkos, le Werder Brême, le Sporting Portugal et la Fiorentina. De ’’l’anti-football’’ pour ses adversaires. Mais le club protestant s’en moque, lui qui compte bien effacer trente-six ans sans trophée européen, sa dernière conquête datant de la Coupe des coupes 1972.

Quand va se réveiller Marc Crosas ?

Passé du statut de grand espoir du FC Barcelone à celui de remplaçant au Celtic, voilà la drôle de carrière qu’est en train de vivre Marc Crosas. Et malgré cette situation difficile à vivre, le milieu de terrain entend bien rester en Écosse.

Formé dans le prestigieux centre de formation du FC Barcelone et ayant joué du côté de l’Olympique Lyonnais, Marc Crosas a connu des clubs prestigieux. Oui mais voilà, le milieu relayeur n’a jamais vraiment su confirmer tous les espoirs fondés en lui. Longtemps comparé à des joueurs tels que Xavi ou Cesc Fabregas, le jeune Espagnol est aujourd’hui bien loin du niveau de jeu affiché par les deux internationaux ibériques, c’est le moins que l’on puisse dire. N’ayant passé que six mois entre Rhône et Saône, le natif de Sant Feliu de Guíxols n’a guère brillé au Stade de Gerland.

Et alors que son transfert au Celtic, durant l’été 2008, devait lui permettre de se relancer, Marc Crosas s’est au contraire enfoncé encore un peu plus. Ainsi, le joueur n’a disputé que 24 minutes depuis le début de la saison. 24 petites minutes qui viennent s’ajouter à six mois sans le moindre temps de jeu. Vous l’aurez donc compris, le relayeur de 22 ans n’entre guère dans les plans de l’entraîneur Neil Lennon. Et d’ailleurs, le nom de Crosas a longtemps circulé durant le mercato, le PAOK Salonique lui faisant les yeux doux. Étant finalement resté en Écosse, l’Espagnol doit désormais retrouver une place de titulaire.

Dans les colonnes du Daily Record, il confie néanmoins bien vivre sa situation : « J’ai un grand respect pour Neil Lennon. C’est quelqu’un d’honnête. S’il n’était pas là, j’aurais sans doute quitté le Celtic. Je sais qu’il croit toujours en moi. Nous avons parlé de ma situation. Il a été clair et honnête vis-à-vis de moi. Il m’a expliqué clairement ses choix, je ne peux pas contester. Aujourd’hui, les footballeurs préfèrent faire la tête quand ils ne jouent pas. Mais je ne suis pas comme ça. Je ne vois pas pourquoi j’aurai un souci avec l’entraîneur ou mes coéquipiers juste parce que je suis sur le banc. C’est à moi de travailler pour retrouver ma place ».

Grand espoir du FC Barcelone, Marc Crosas n’a donc jamais réussi à franchir un palier pour s’imposer dans le monde professionnel. Ayant tenté sa chance à Lyon puis au Celtic, le talent ibérique poursuit sa longue descente aux enfers. Loin de faire oublier ses glorieux aînés Xavi, Fabregas ou bien encore Iniesta, le natif de Sant Feliu de Guíxols doit dorénavant faire contre mauvaise fortune bon cœur et se contenter d’un faible de temps de jeu. Reste à savoir si, du haut de ses 22 ans, le relayeur sera en mesure un jour de retrouver un niveau de jeu susceptible de relancer une carrière qui bat de l’aile. Réponse dans les semaines à venir.

Cha Du-ri sérieusement blessé

Le défenseur international sud-coréen du Celtic Cha Du-ri, qui s’est blessé sérieusement à une cheville à l’entraînement, sera absent plusieurs semaines, a déclaré dimanche l’entraîneur du Celtic Neil Lennon après la victoire à Dundee (3-1) en championnat.

« Cha souffre d’une mauvaise blessure. On l’a envoyé consulter un autre spécialiste pour avoir un autre avis. Nous espérons qu’il n’aura pas besoin de se faire opérer, mais même sans opération, il sera indisponible pendant une période significative », a déploré Lennon.

Cha, 30 ans, qui compte 58 sélections avec la Corée du Sud (4 buts), avait rejoint le Celtic l’été dernier après le Mondial-2010 en Afrique du sud.

La Scottish Premier League

Le Championnat d’Écosse de football est appelé Scottish Premier League.

Ce championnat regroupe 12 équipes qui disputent chacune 38 matchs. Chaque club se rencontre au minimum 3 fois en SPL. En effet, le championnat se divise en deux au soir de la 33e journée. Ainsi les 6 meilleurs équipes jouent le haut du tableau et s’affrontent une seule fois dans ces play off. Il en va de même pour les 6 autres clubs en play down. À la fin de la saison, l’équipe qui totalise le plus faible nombre de points est reléguée en First Division, le deuxième niveau du football écossais.

Ce championnat ne figure plus parmi les plus prestigieux au monde, mais le Old Firm, fameux derby opposant le Celtic Glasgow et les Glasgow Rangers reste un choc de premier plan. Les deux éternels rivaux totalisent 92 titres à eux deux, 51 titres pour les Rangers et 41 pour le Celtic.
2007/2008 :

– Aberdeen

– Celtic Glasgow

– Dundee United

– Falkirk

– Gretna

– Heart of Midlothian

– Hibernian Édimbourg

– Inverness CT

– Kilmarnock

– Motherwell

– Glasgow Rangers

– St Mirren.

La Scottish Cup

Les clubs automatiquement qualifiés pour la Scottish Cup sont les 12 clubs de Scottish Premier League et les clubs de la Scottish Football Association c’est-à-dire les clubs de la Division One, Two et Three ce qui fait donc un total de 42 clubs, or il y a 50 clubs qui font tout les ans la Scottish Cup donc d’où viennent les 8 autres clubs ?

C’est la que entre en scène les Scottish Qualifying Cup. Les Scottish Qualifying Cup c’est quoi ? C’est une compétition qui permet à 8 clubs des divisions inférieurs Ecossaises de faire la Scottish Cup une des plus vieilles compétitions du monde.

Pour participer à cette compétition il faut faire parti de la Scottish Football Association (la SFA) et donc ne pas évoluer dans la Scottish premier league ou la scottish football league qui sont des organismes a part et qui participent d’offices à la Scottish Cup.

Ensuite son mode de fonctionnement est simple c’est un tournoi sur une base d’élimination direct en un match et avec replay en cas de match nul. Quand un club atteint les demis final le club obtient son billet pour la Scottish Cup.

Quatre clubs qualifiés par zone car cette compétition est divisés en deux zones, la Scottish Qualifying Cup North et la Scottish Qualifying Cup South. Scottish Qualifying Cup (North) Dans le tournoi du nord de l’Ecosse se sont les clubs de la Highland Football League qui y participent plus Golspie Sutherland F.C. qui vient de la North Caledonian League.

Soit 16 clubs. Scottish Qualifying Cup (South) Dans le tournoi du sud on trouve tout les clubs de la East of Scotland Football League , plus des clubs de la South of Scotland Football League , des clubs de la Kingdom Caledonian League, de la SJFA Western Region et de la Caledonian League.

Ce qui fait un total de 30 clubs 46 clubs participes donc à cette compétition et à la fin de ce tournoi on se retrouve avec 8 clubs qui vont participer avec les 42 autres à la mythique Scottish Cup. Les clubs de Division Three, Two et les 8 qualifiés commencent la Scottish Cup au Premier Tour, les clubs de Division One et de Scottish Premier league commencent eu la compétition au Troisième Tour.

La Coupe de la Ligue Écossaise

La Coupe de la Ligue d’Écosse de football (Cupa Lìog na h-Alba en écossais, The Scotland League Cup en anglais) est une compétition annuelle à élimination directe. Beaucoup moins prestigieuse que la Coupe d’Écosse, elle n’offre plus aucune place pour la Coupe UEFA.

Toutes les finales ont eu lieu à Hampden Park de Glasgow exceptées celles de 1980 et 1981 qui se sont déroulées au Dens Park du Dundee FC. Par la suite, elles se sont jouées au Celtic Park en 1994 et 1997 et à Ibrox Park en 1995 et 1998.

Cette compétitions à porté différents noms durant toute son histoire. Entre 1979 et 1981, elle fut nommée The Bell’s League Cup. De 1984 à 1993, The Skol Cup. Depuis 1994, elle porte le nom de The Coca-Cola Cup.

Palmarès

– Rangers : 24 titres
– Celtic FC : 13
– Aberdeen : 5
– Heart : 4
– Hibernian : 3
– Dundee FC : 3
– East Fife : 3
– Dundee Utd : 2
– Partick Thistle : 1
– Motherwel : 1
– Raith Rovers : 1
– Livingston : 1.

P.-S.

Quelques ancedoctes :

Les deux finales jouées au Celtic Park ont vu la venue des Rangers, les deux finales d’Ibrox Park ont quant à elles accueillies le Celtic.

Pour les deux finales jouées dans le stade du Dundee FC, Dundee Utd était à chaque fois présent (dans l’une d’entre elles face à Dundee FC).