Barça – Celtic : à quelques secondes près…

C’est un succès mérité, mais inespéré, qu’un petit Barça est allé arracher au bout du temps additionnel (2-1). Avant cela, les Blaugranas s’étaient cassé les dents sur un Celtic bien regroupé, et un Forster en état de grâce.

Barcelone / Celtic : 2-1

Buts : Iniesta (45e) et Jordi Alba (90+4e) pour Barcelone. Samaras (18e) pour Glasgow.

Dominateur dans la stérilité, le Barça s’est offert une belle frayeur face au Celtic Glasgow. Encore à égalité au bout du bout du temps additionnel, il a trouvé la faille grâce à une énième montée de son latéral supersonique Jordi Alba. Mais que les contours de ce succès furent longs à se dessiner tant les Catalans sont apparus en manque d’inspiration lors de ce troisième round européen. La faute à une défense en chantier et des corps fatigués. Finalement, qu’importe, puisque les ouailles de Tito Vilanova se retrouvent seules en tête de ce groupe G et ont une nouvelle fois affiché une force mentale décisive. Les Hoops n’ont eux qu’à se les prendre, et se les mordre. Car l’exploit était proche…

Iniesta réduit la marque

La soirée commence sous les plus beaux auspices pour le Barça. Bien en rythme, les idées au clair, les Blaugranas ne tardent pas à envoyer leurs premières banderilles. Alors après quelques secondes de jeu, Alexis profite de la passe perce-muraille d’Iniesta pour offrir le premier frisson au Camp Nou. Au quart d’heure de jeu, un Pedro trop court et un Bartra trop imprécis ont déjà eu l’occasion de débrider le tableau d’affichage. A l’instar de son début de saison, le Mes que se rend pourtant la tâche bien plus ardue qu’elle n’y parait. Sur un coup-franc anodin, la grande tige de Samaras place un coup de casque qui fait mouche. Du haut de ses neuf défaites et trois petits nuls en terres espagnoles, le Celtic fait trembler l’ogre catalan. Car après ce hold-up, la machine blaugrana perd de son huile. Les rouages sont plus lents, les touches de balle se multiplient, les mauvaises transmissions s’enchaînent… La bande à Xavi s’en remet dès lors au talent de Messi qui, sur deux coups-francs, titille les deux lucarnes de Forster. Dans l’ultime minute du premier acte, un une-deux-trois du triptyque Messi-Xavi-Iniesta envoie Don Andres à la finition. Sur le gong, le Barça revient à la marque et s’évite un deuxième acte à courir après le score.

Le show Forster, pour rien

Dès le top-départ de la seconde séquence, les Écossais emploient la même recette. Avec une défense virile mais correcte, ils s’en remettent à des coups de pied arrêtés précis et un jeu de tête imposant. Élève studieux, Wanyama est à quelques centimètres d’appliquer la formule. Sauf que ce Barça-là n’a rien de royal en ce mardi. En bonne sentinelle, le bien-nommé Wanyama ratisse tout ce qui lui passe devant et envoie quelques ouvertures bien senties. Trop peu pour inquiéter un Victor Valdes spectateur. S’ensuit un one-man-show du portier du Celtic Forster. Sur un jeu en triangle des pointes barcelonaises, il sort tout d’abord à bout portant une reprise de Messi. Lorsqu’Alexis se présente face à lui, il écarte ses longs bras pour éloigner le danger. Toujours dans la continuité de l’action, Iniesta envoie, d’une louche tout en touché, la chique sur la tête de la Pulga. Dans un réflexe à faire rêver plus d’un photographe, Forster détourne le ballon qui vient s’échouer à deux doigts du cadre. Symbole de cette performance de haut-vol, la frappe de l’entrant David Villa, dans l’ultime minute du temps réglementaire, vient ricocher contre son montant droit. Mais un match dure bien souvent plus de 90 minutes. Et les Écossais l’ont appris à leurs dépens : sur un dernier centre, Adriano trouve son homologue gauche Jordi Alba pour un succès, certes mérité, mais inespéré. La chance des grands, dit-on.